"Il faut être absolument moderne. Point de cantique : tenir le pas gagné".
Cette phrase, extraite d'"Une Saison en Enfer" résume parfaitement Arthur Rimbaud. Anti-conformiste, voyeur et voyant, aimant et amant, aventurier et bandit errant ... hanté, tyrannisé par ses états d'âme qui firent de son inspiration une oeuvre poétique hors du commun.
Son existence fut une succession d'incohérences, d'aventures et de situations troubles, qui font de Rimb
aud un mystère, un génie, une îcone mondiale ... plus d'un siècle après sa disparition.

Marqué par une sombre enfance à Charleville, dans les Ardennes, il imagine puis couche sur le papier des vers qui dès 1871, feront pâlir l'intelligentsia parisienne.

Arthur Rimbaud fut élevé par une mère autoritaire, Vitalie Cuif Rimbaud, qui mettait un point d'honneur à maintenir sa dignité en dépit de l'éloignement du père.

Arthur Rimbaud étouffe à Charleville. L'écriture et la lecture sont pour lui de véritables sources d'évasion. "Ma ville natale est supérieurement idiote entre
les petites villes de province."

A gauche "Les Allées" à l'époque d'Arthur (aujourd'hui le Cours Aristide Briand à Charleville-Mézières)

En Janvier 1870, Arthur a 16 ans et fait la connaissance de Georges Izambard, son nouveau professeur de rhétorique. Professeur au collège de Charleville (Arthur a quitté l'Institut Rossat pour le collège de Charleville), Georges Izambard fait découvrir au jeune Arthur, Victor Hugo et bien d'autres écrivains. C'est lui qui va encourager Rimbaud à écrire. Il est subjugué par son talent. Lorsque Izambard quittera Charleville en Juillet 1870 à cause de la guerre, ils entretiendront tous les deux une abondante correspondance jusqu'en Juillet 1871 où leur amitié semble rompue à cause de certaines divergences d'opinions. Izambard rêvait de faire d'Arthur un universitaire, alors que lui ne rêvait que de liberté. Izambard aura été une pièce maîtresse de l'évolution d'Arthur Rimbaud ... mais tous deux appartiennent déjà à des mondes bien différents ...

Georges Izambard

C'est à cette époque que débute les tumultueuses fugues du jeune Arthur, souvent ramené à Charleville entre deux gendarmes, selon l'exigence de Madame Rimbaud. Mais malgré tout, sa vie de bohème continue. Et c'est ainsi qu'il rencontre Paul Verlaine par l'intermédiaire de Paul-Auguste Bretagne, un ami commun des deux poètes, qui travaillait à la perception de Charleville et que Rimbaud voyait régulièrement au Café de l'Univers.

Cela se passe en Août 1871 à Paris, sur invitation de Verlaine, celui-ci n'ayant pu se déplacer à Charleville. "Venez, chère grande âme, on vous appelle, on vous attend".

Rimbaud part le rejoindre à Paris avec sous son bras une "bombe poétique" : "Le Bateau Ivre".

Paris fascine le jeune Arthur, lui qui rêve de célébrité. Verlaine va présenter Arthur Rimbaud à ses amis. Paul, son aîné de 10 ans et marié depuis Août 1870, est séduit tant par la beauté du jeune homme que par celle de ses lignes et il se lance avec lui à corps perdu dans une liaison tumultueuse qui va bouleverser leurs vies et leur oeuvre.

Centre de Charleville : la Place Ducale au 19e siècle, à l'époque d'Arthur Rimbaud

Arthur fut un élève extrêmement brillant. Son ami de l'époque, Ernest Delahaye, fut profondément marqué par sa personnalité. Ils entreprennent ensemble de longues balades dans Charleville où ils parlent de leurs essais poétiques, de leurs rêveries et de leurs états d'âme.

Classe de 6e à l'Institut Rossat (Arthur Rimbaud
est assis au premier rang : croix rouge)
1ère Communion d'Arthur avec son frère Nicolas (Arthur est assis à la gauche de son frère)

Madame Rimbaud mettait un point d'honneur à offrir à ses enfants une excellente éducation religieuse. Elle-même était très bigote.
Formé au catéchisme, matière où il excellait, Arthur Rimbaud affiche très jeune un athéisme qui s'exprime parfois violemment dans "Poésies", recueil de ses premiers écrits. Il possède pourtant une solide connaissance de la Bible et multiplie les références à celle-ci.

Charleville - Les Allées (actuel Cours Aristide Briand), lieu de promenade privilégié du 19e siècle
Portraits de Rimbaud par son ami Delahaye

Quant à Arthur Rimbaud, il se consolera auprès de sa famille à Roche, du côté d'Attigny dans le sud des Ardennes, où madame Rimbaud possède une ferme familiale. Il va s'adonner aux travaux des champs mais surtout à l'écriture d'une "Saison en Enfer" qu'il achèvera dans le grenier de la ferme durant cet été 1873.
A vingt ans, déçu et rejeté par les milieux littéraires, il arrête d'écrire de la poésie et choisit l'errance. Sa vie vient de basculer. Le Rimbaud littéraire est mort, le Rimbaud aventurier est né.

Il marchera énormément, s'établira à Stuttgart où aura lieu sa dernière rencontre avec Verlaine, à Milan, Vienne et signera finalement son engagement pour six ans comme mercenaire dans l'armée coloniale hollandaise.

En Décembre 1880, Rimbaud atteint Harar en Abyssinie (actuelle Ethiopie) où jusqu'en 1891 il vit de commerce et de trafics en tout genre. Malgré quelques brefs séjours dans sa famille à Charleville ou à Roche, Arthur ne retrouvera son pays natal, la France, que pour y mourir le 10 Novembre 1891 à Marseille.

La vie d'Arthur , souvent tumultueuse, est entourée de beaucoup d'incertitudes. Outre ses manuscrits, son abondante correspondance permet de reconstituer une partie de son existence. Sa famille (notamment sa mère et ses soeurs), ses amis (Ernest Delahaye) et ses relations commerciales s'avèrent être des interlocuteurs privilégiés.

En voyage d'affaires sur la Mer Rouge - 1882 -
Arthur Rimbaud se tient debout en haut à gauche
D'un langage souvent vif et déroutant, ces courriers apportent des éclairages supplémentaires sur certains épisodes de la vie d'Arthur Rimbaud
Clichés de Rimbaud à Harar
Rimbaud à Harar
La tombe de marbre blanc d'Arthur dans le cimetière de Charleville

Isabelle Rimbaud :
c'est elle, sa soeur, qui a veillé sur lui durant ces dernières semaines à l'hôpital à Marseille. Elle est le principal témoin de ses terribles souffrances. Elle assistera à son agonie, dans la nuit du 9 au 10 Novembre 1891.

Portrait d'Isabelle Rimbaud

Durant ses voyages et son long séjour à Aden (Arabie) et à Harar (Abyssinie), Rimbaud ne cesse de correspondre avec les siens qu'il appelle "Chers amis". Dans ses lettres il se plaint beaucoup et de tout, réclame des livres, du matériel ... Arthur Rimbaud est toujours en quête de nouveaux voyages, il ne tient pas en place et rêve d'épopées, tant réelles qu'intérieures, l'écriture reflétant ses errances, ses pensées personnelles. Il se remet sans cesse en cause, tant moralement que physiquement. Il court éternellement après la liberté, cette liberté qui hantait son oeuvre durant son adolescence et qui lui a permit de fuir Charleville.

Eternel vagabond, son itinéraire s'achèvera à Marseille par l'amputation d'une de ses jambes qui avaient tant marchées ... Souffrant d'une tumeur cancéreuse au genou, qui se transformera bientôt en cancer des os, il est rapatrié en France et hospitalisé le 22 Ma

L'année 2004, année Rimbaud, fut jalonnée par un certain nombre de manifestations "rimbaldiennes" à Charleville-Mézières ainsi que dans toute la région (spectacles poétiques, son et lumière, expositions ...). Ce mois d'Octore fut surtout marqué par l'étonnante exposition Place Ducale du plasticien allemand Ottmar Horl : les bustes. Installation "éphémère et mouvante" de 400 bustes colorés d'Arthur Rimbaud qui, entre le 10 et le 24 Octobre, ont recouvert la célèbre place carolomacérienne.

Le 20 Octobre, date anniversaire de la naissance du poète, fut inaugurée la "Maison des Ailleurs". Située au 7 quai Rimbaud, Arthur vécut dans cette maison de 1869 à 1875. On estime que c'est dans ces lieux que toute son oeuvre (ou presque) fut conçue. Chaque pièce est scénographiée en rapport avec les villes que le poète a fréquentées : Harar, Londres, Stuttgart, Aden, Bruxelles, Paris ...

Enfin, ce jour anniversaire a vu la mise en ligne à 20 heures 30 précises, du site officiel dédié au poète "aux semelles de vent" :
www.rimbaud-arthur.fr
Des milliers de références, de documents consacrés à la vie et à l'oeuvre d'Arthur Rimbaud sont à présent disponibles d'un simple clic de souris ...

La "Maison des Ailleurs" - 7, Quai Rimbaud
Chaque pièce est équipée d'un dispositif sonore diffusant paroles, sons et musiques. Des images sont projetées sur les fenêtres de la maison. Excellent complément du musée situé en face, ce lieu entraîne l'imagination du visiteur en lui permettant de recréer, à sa façon, l'univers rimbaldien. Une salle de lecture a été aménagée au rez-de-chaussée où plusieurs centaines d'ouvrages, dans de nombreuses langues, sont mis à la disposition du public.
Les bustes d'Ottmar Horl, Place Ducale,
du 10 au 24 Octobre 2004
i 1891 à l'Hôpital de la Conception, après de terribles souffrances.
Octobre 2004 : Charleville se souvient ...

Début Août 1891, Arthur Rimbaud quitte l'hôpital pour Roche, la ferme familiale des Ardennes. Ce sera son dernier séjour de son vivant dans sa région natale, au milieu des siens. Son état empirant, il retourne à Marseille le 23 Août en compagnie de sa jeune soeur Isabelle, qui, dans ses lettres à sa mère, relate les dernières semaines de Rimbaud.

Au crépuscule de sa vie, Arthur pleure beaucoup, sur le passé, le présent et son avenir. Début Octobre, il commence à délirer. Rimbaud meurt le 10 Novembre 1891 aux environs de 10 heures du matin après avoir sombré dans le coma. Il a 37 ans.
Paul Verlaine en 1872
A Paris, Paul Verlaine présente Arthur Rimbaud à son ami le photographe Etienne Carjat, qui a immortalisé dans son atelier le jeune Arthur pour la postérité. C'est le cliché le plus célèbre de Rimbaud et il date de l'été 1872

Le cercle d'amis parisiens de Paul Verlaine, immortalisé ici dans la célèbre toile d'Henri de Fantin-Latour "Le Coin de Table" - 1872 -
Parmi les artistes de l'époque, on reconnaît Paul Verlaine à l'extrême gauche avec Arthur Rimbaud à ses côtés

Outre l'aspect charnel très puissant, les rapports que Rimbaud entretient avec Verlaine sont marqués par un amour réel et une admiration mutuelle pour leur travail. C'est certainement pour se venger de Mathilde, la femme de Paul, qu'Arthur Rimbaud se donnera à son ami afin d'avoir une emprise totale sur son caractère faible. Rimbaud était excessif et exclusif en amour (comme pour le reste), ce qui était peut-être la conséquence d'un manque d'affection durant son enfance.

Leur relation poétique et sexuelle s'achève à Bruxelles le 10 Juillet 1873. Début Juillet, Verlaine, las des railleries de son amant et menacé de divorce par sa femme, décide de quitter Rimbaud et Londres où ils vivaient ensemble. Durant une semaine, Rimbaud va écrire à Verlaine et le supplier de revenir et de quitter sa femme. Arthur le retrouve à Bruxelles le 10 Juillet au matin, rencontre qui débouchera sur une violente dispute durant laquelle Verlaine tira trois coups de révolver sur son ami et le blessa au poignet gauche. C'est un des évènements les plus connus de l'histoire littéraire.

Verlaine purgera deux ans de prison en conséquence de son acte. Ces évènements, ainsi que l'arrogance et parfois la violence d'Arthur, lui attirent bientôt l'hostilité des intellectuels parisiens, pourtant enthousiasmés par son style littéraire. A l'amour et à la violence succèderont le silence et l'absence : il faudra attendre 1875 pour que les deux ex-amants se revoient à Stuttgart. Mais Arthur finira très vite par rejeter son ami.

La ferme de Roche
Rimbaud et Verlaine à Londres